×
Complétez avec vous les informations et nous vous appelons immédiatement










×
 
Spheniscus magellanicus

Le Manchot de Magellan

La première référence à ce sympathique animal remonte à 1520 que nous devons au chroniqueur de Fernand de Magellan, Antonio Pigafetta le décrivant comme une oie sauvage ! Il semble que le manchot fut dans un passé lointain un oiseau terrestre volant, apparenté aux pétrels, qui par la suite s’approcha chaque fois plus à la mer pour trouver sa nourriture. Ainsi, il cessa de voler et s’adapta à la vie aquatique avec son corps en forme de fuseau; spheniscus, ses pattes aux membranes interdigitales et ses ailes, qui se transformèrent en nageoires, comme les poissons.

L
a première référence à ce sympathique animal remonte à 1520 que nous devons au chroniqueur de Fernand de Magellan, Antonio Pigafetta le décrivant comme une oie sauvage !

Il semble que le manchot fut dans un passé lointain un oiseau terrestre volant, apparenté aux pétrels, qui par la suite s’approcha chaque fois plus à la mer pour trouver sa nourriture. Ainsi, il cessa de voler et s’adapta à la vie aquatique avec son corps en forme de fuseau; spheniscus, ses pattes aux membranes interdigitales et ses ailes, qui se transformèrent en nageoires, comme les poissons.

Il existe dans le monde 17 espèces de manchots, tous peuplent l’hémisphère Sud. Le plus septentrional est le manchot des Galápagos et le plus méridional est le manchot Empereur, qui vit sur le continent Antarctique.

Le manchot de Magellan peut s’observer de la Terre de Feu jusqu’au Brésil (pour l’Océan Atlantique) et jusqu’au Pérou (pour l’Océan Pacifique). Il atteint ces contrées éloignées après une migration de plus de 6000 kilomètres vers les eaux chaudes.

Ce manchot mesure entre 50 cm et 70 cm de hauteur, pèse jusqu’à 5 kilos et peut vivre 20 ans. Le mâle est légèrement plus grand que la femelle et son bec est un peu plus développé.

Ils passent une grande partie de leur vie dans l’eau, ils y dorment même, ils ont une vie pélagique. Ce sont d’extraordinaires nageurs : ils peuvent atteindre une vitesse dans l’eau de 8 km/h. Leur plumage est une sorte de duvet très épais enduit d’une huile imperméabilisante qu’ils extraient d’une glande appelée uropygiale. Sous leur peau, une épaisse couche de graisse les protège du froid. Leur cri est très particulier et ressemble à un braiement. Ils éternuent souvent pour expulser un liquide salé produit par une glande qui régule le sel dans leur corps. Chaque année, les manchots changent de plumage. Durant cette période (janvier – février), ils évitent de pénétrer dans l’eau et de manger. À trois ans ils obtiennent leurs couleurs définitves avec leur notoire collier autour des yeux et du cou. De plus, leurs plumes à la tonalité grise changent pour devenir entièrement noires. Les petits poissons comme les anchois, les sardines ou les athérines constituent la base de leur alimentation. Leurs grands ennemis sont les lions de mer, les filets de pêche et la pollution des océans. Sous l’eau, ils peuvent plonger jusqu’à 80 mètres.
REPRODUCTION
Entre août et septembre les premiers mâles arrivent pour reconstruire le nid, généralement construit au même endroit que la saison antérieure, soit à l’air libre ou sous un arbuste.

Arrivent ensuite les femelles et les couples se forment. Elles pondent deux oeufs (exceptionnellement 3), lesquels sont couvés et gardés entre 30 et 40 jours par les deux manchots qui se relaient pour pouvoir aller chercher à manger. À leur naissance, les oisillons ne pèsent pas plus de 150 g et ne vont pas dans l’eau avant d’avoir atteint 250 g. Après la ponte du premier oeuf les mâles vont se nourrir dans la mer et veillent aussi à rapporter plus de végétation pour le nid. Les seconds oisillons sont généralement plus petits et ont moins de chance de survivre (30% de chance de survie). Cela est généralement dû au manque de nourriture causé par la pêche commerciale, qui rend plus difficile la recherche de nourriture pour les parents.

Les oisillons dépendent de leurs parents pendant au moins deux mois et demi jusqu’à ce qu’ils imperméabilisent leurs nouvelles plumes et puissent aller dans l’eau pour se nourrir. Depuis leur naissance jusqu’à ce moment, ils sont alimentés par les deux parents par régurgitation. À l’âge de 3 ou 4 ans les jeunes sont en âge de se reproduire. Fin janvier - février les jeunes groupes, nés pendant les saisons antérieures, retournent sur leur lieu de naissance, passant presque deux semaines à terre, sur la côte, où ils perdent leur plumage originel. Tous les manchots changent de plumage chaque année; durant cette période ils ne se nourrissent pas car ils évitent d’aller à l’eau. En effet, tant qu’ils ne terminent pas leur mue ils ne peuvent réguler leur température.

À partir de mars, ils abandonnent la terre ferme et restent dans l’eau. Une grande partie de la population, particulièrement les jeunes, migre vers le nord, atteignant le Pérou et le Brésil. Beaucoup de manchots disparaissent lors de leur migration vers le nord, à cause de la pollution pétrolière ou emprisonnés dans les filets de pêche.

Il existe de nombreuses colonies de manchots de Magellan dans la région. Les plus accessibles sont les colonies de manchots de Seno Otway, avec environ 5 000 individus et celles du Détroit de Magellan et de l’île Magdalena où se regroupent plus de 130 000 individus. C’est pourquoi, cette île est protégée et administrée par la CONAF, la Corporation Nationale Forestière sous le nom de « Monument National des Pingouins ».

Blog

Publié

Magellanic Penguins in Chilean Patagonia

Magellanic penguins or spheniscus magellanicus are a medium-sized species of penguin named after the explorer Ferdinand Magellan, who was the first to record the animal during an expedition in 1519. Read More
Écrit par
Blog Patagonia
 

Voyages en Relation

Viajes relacionados
Viajes relacionados

Vous voulez plus d'information ?
sales@australis.com
+34 934 970 484