×
Complétez avec vous les informations et nous vous appelons immédiatement










×
 

Cap-Horn

Il existe peu de lieux au monde face auxquels l’homme se sent aussi vulnérable et submergé par une aura mystique et spirituelle. Le Cap Horn en est l’un d’eux. Sa position entre 2 océans, à 55°56’ Sud et 67°19’ Ouest, et l’intensité des phénomènes atmosphériques qui l’entourent font de son passage une expérience unique et inégalable.

I
l existe peu de lieux au monde face auxquels l’homme se sent aussi vulnérable et submergé par une aura mystique et spirituelle. Le Cap Horn en est l’un d’eux. Sa position entre 2 océans, à 55°56’ Sud et 67°19’ Ouest, et l’intensité des phénomènes atmosphériques qui l’entourent font de son passage une expérience unique et inégalable.

Des livres entiers, décrivent les difficultés que représentait le passage du Cap Horn pour les voiliers d’antan. Nous pourrions illustrer en trois temps les extraordinaires exploits et les innombrables drames qui s’y déroulèrent. Le Cap Horn apparût devant des yeux européens pour la première fois au début du XVIIème siècle. Dans le petit port de Höorn, le commerçant d’origine française Isaac Le Maire et les marins Guillermo Cornelio et Juan Schouten fondèrent la Compagnie Australe et construirent deux bateaux: le Endracht (Unity), de 360 tonnes et le Höorn, de 110 tonnes. Puis ils partirent de Texel, Pays-Bas, le 14 juin 1615.

Le 24 janvier 1616 ils traversèrent le détroit qu’ils nommèrent Le Maire et appelèrent Statenlant (Terre des États) l’île qu’ils aperçurent à l’est. Ils l’appelèrent “Terre”, croyant qu’il s’agissait d’une péninsule de la Terra Australes Incógnita et “des États”, en l’honneur des provinces des Pays-Bas qui luttaient pour leur indépendance (Hollande, Zélande, Frise, Uteco, Drenare, Gederland et Groningue). Cinq jours plus tard, le 29 janvier 1616, ils traversèrent le cap qu’ils appelèrent Höorn, ouvrant ainsi une nouvelle route entre l’Atlantique et le Pacifique. Ils naviguèrent dans le Pacifique sans savoir précisément où ils se rendaient. Ils rejoignirent l’île de Java et les îles Moluques, où ils furent capturés par une autre expédition hollandaise commandée par l’Amiral Spielberg de la Compagnie des Indes orientales, qui avait le monopole sur l’unique passage jusqu’alors connu. Ils furent cités à comparaître pour infraction à la loi de traversée du Détroit de Magellan. L’argumentation de leur défense, dans laquelle ils expliquaient avoir utilisé un nouveau passage, scandalisa le jury. L’incrédulité du jury s’explique par la croyance qu’au Sud du détroit se trouvait la Terra Incógnita, un continent infranchissable. Condamnés en première instance, ils furent embarqués en direction de la Hollande au bord du Zeeland, bateau sur lequel Jacob Le Maire mourut après deux semaines en haute mer.

On estime qu’entre le XVIe et XXe siècle plus de 800 bateaux ont été perdus dans les eaux orageuses du Cap Horn, qui a enseveli sous ses flots pas moins de 10 000 hommes de toutes conditions et nationalités.

-La traversée la plus rapide connue fut réalisée par le Priwall, en 1938, qui traversa le Cap Horn en 5 jours. La traversée la plus longue fut celle du voilier Susana, en 1905, qui nécessita 94 jours.

L’ASSOCIATION INTERNATIONALE DES CAP HORNIERS
Elle fut fondée en 1937, à Saint Malo, par un groupe de capitaines français. Ses premiers membres étaient des marins émérites, qui expérimentèrent la traversée du célèbre Cap Horn au commandement d’anciens voiliers marchands. En raison du décès de la plupart de ses membres, l’Amicale décida de dissoudre l’organisme international qui fut remplacé par des organisations sympathisantes imprégnées du même esprit d’aventure. L’insigne ou symbole de l’Amicale Internationale représente la tête blanche d’un albatros sur un drapé bleu, entouré d’un cercle rouge avec des lettres blanches et le nom de l’institution. Du bec de l’albatros sort un objet en forme de diamant ou de crochet, mordu par l’oiseau.

Ce symbole s’inspire d’une ancienne tradition des marins d’antan, qui capturaient ces immenses oiseaux pour jouer avec eux, les utilisant comme cerfs-volants. Pour ce faire, ils attachaient à un hameçon un morceau de viande de porc salée qu’ils amenaient à la surface de l’eau grâce à une ligne de cordage léger. Quand l’albatros mordait l’appât, le crochet se logeait dans la courbure du bec de l’oiseau. Tant que la ligne restait tendue, l’oiseau ne pouvait pas s’échapper et les marins jouaient avec lui depuis le navire, essayant de le faire descendre sur le pont, après quoi il était libéré. Aucun marin ne pouvait tuer un albatros car, selon la superstition, ces beaux oiseaux vagabonds incarnent l’esprit des marins pris par la mer.

LE MONUMENT DU CAP HORN
Le 5 décembre 1992 fut ofiiciellement inauguré le Monument du Cap Horn érigé à l’initiative de la section chilienne de la Confrérie des Capitaines du Cap Horn “Cap Horniers”, en mémoire des marins de toutes nationalités qui périrent dans la lutte contre les forces de la nature dans les mers australes proches du légendaire Cap Horn. Ce monument de 7 mètres de hauteur, formé de deux corps indépendants de cinq plaques d’acier chacun, est l’oeuvre du sculpteur chilien José Balcells Eyquem. Les plans et la construction de la structure, qui devait supporter des rafales de vents allant jusqu’à 200 km/h, furent réalisés par la Marine chilienne. La construction dura plus d’un mois, entre octobre et novembre 1992. Sur le chemin qui mène au monument deux plaques de marbre soutenues par des structures en béton furent construites. L’une d’elle précise la nature du monument et l’autre présente le magnifique poème de l’écrivain de Valparaíso, Sara Vial:

« Je suis l’albatros qui t’attend au bout du monde. Je suis l’âme oubliée des marins morts qui traversèrent le Cap Horn depuis toutes les mers de la terre. Mais ils ne sont pas morts sur les vagues furieuses, ils volent aujourd’hui sur mes ailes, vers l’éternité, dans la dernière crevasse des vents antarctiques »

Blog

Publié

Patagonia Holidays: Explore the Land of Glaciers

With the northern and southern Patagonian ice fields (the largest extrapolar mass of ice in the southern hemisphere) found in this region, glaciers are a feature of nature that Patagonia certainly does in style.

Read More
Écrit par
Blog Patagonia
 

Voyages en Relation

Viajes relacionados
Viajes relacionados

Vous voulez plus d'information ?
sales@australis.com
+34 934 970 484